Article

Article

Consigne: et si on mettait Paris en bouteille ?

En France, le verre est recyclé depuis 1974 et la collecte locale est largement admise dans les habitudes de chacun. Le tri de nos bouteilles est souvent associé à un geste écologique, mais le recyclage du verre est particulièrement vorace en énergie primaire et en eau. Chez Richard Vins et Spiritueux, nous priorisons l’utilisation de la bouteille consignée depuis 1950 car nous pensons que l’avenir de la filière vinicole y réside.

23/01/2023
rédigé par Martin Lefebvre

temps de lecture 4 min

Article

Article

Consigne: et si on mettait Paris en bouteille ?

23/01/2023
rédigé par Martin Lefebvre

En France, le verre est recyclé depuis 1974 et la collecte locale est largement admise dans les habitudes de chacun. Le tri de nos bouteilles est souvent associé à un geste écologique, mais le recyclage du verre est particulièrement vorace en énergie primaire et en eau. Chez Richard Vins et Spiritueux, nous priorisons l’utilisation de la bouteille consignée depuis 1950 car nous pensons que l’avenir de la filière vinicole y réside.

Consigne: et si on mettait Paris en bouteille ?

23/01/2023
rédigé par Martin Lefebvre

Depuis presque 3 ans maintenant, l’Europe connaît une importante pénurie autour des matières premières, le verre n’a pas échappé à cette règle et le secteur du vin récolte les conséquences de cette crise. La Covid-19 et le confinement qui a suivi ont considérablement ralenti la chaîne d’approvisionnement, ce qui a créé un écart important entre l’offre et la demande. Cet écart a été creusé par la Guerre en Ukraine, d’abord à cause de la fermeture de certaines usines de verreries, mais également à cause de l’augmentation du coût de l’énergie. La conjugaison de ces différents facteurs implique une augmentation des prix de la bouteille blanche de 20 % à 45 % selon les modèles. Le secteur ne pouvant pas se passer de cette matière pour sa production, l’augmentation de la bouteille se répercute inévitablement sur le prix du vin.

Réemploi ou recyclage ?

Pourtant délaissé dans les années 70 au profit du plastique dans la plupart des secteurs agroalimentaires, il demeure indispensable à la consommation du vin où l’on compte 70 % de bouteilles dans le marché mondial. Le verre est une ressource avec de nombreuses qualités. Outre ses capacités de conservation du vin, c’est un matériau qui peut se recycler à 100 %, et ce indéfiniment. D’abord broyé puis fondu, une bouteille en verre peut se composer de 99 % de verre recyclé. Cependant, la crise actuelle influe fortement sur la ligne de recyclage du verre, car le processus est particulièrement énergivore. Une autre qualité du verre, sa résistance, permet à certaines bouteilles créées pour le réemploi d’être consignées. Nos voisins européens l’ont bien compris, le réemploi d’un certain nombre de bouteilles permet de contourner cette chaîne d’approvisionnement en crise et ainsi d’approvisionner les lignes de productions en manque. Certains pays comme le Danemark ou l’Allemagne ont rendu obligatoire l’utilisation de verre consigné. En France, La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) prévoit que 10 % des emballages soit réemployable d'ici à 2027.

Comme le rappelle Céline Richard (PDG de Richard Vins et Spiritueux), « la crise actuelle de l’approvisionnement nous rappelle à notre responsabilité dans la gestion de l’énergie et des matières premières. » Chez Richard vins et spiritueux, nous utilisons la bouteille consignée depuis les années 1950 et avons bâti notre modèle économique en partie autour de cette contrainte, qui, aujourd’hui, est une force. En plus de réduire vos déchets, la bouteille consignée consomme moins d’énergie, moins d’eau et produit moins de gaz à effet de serre. Cette économie se répercute sur le prix de la bouteille et permet de ne pas tomber à court de stock.

 

 

Infographie

Une bouteille pour les gouverner tous.

Le réemploi implique un format standardisé, et c’est pourquoi la grande majorité des bouteilles consignées le sont au litre.

On sait que ce n’est pas la préférée de la famille, mais la bouteille d’1 litre a tout de même de nombreux avantages. Tout d’abord, il y en a plus. Plus, pour le même prix. Eh oui, nous ne devrions peut-être pas le dire, mais certains vins sont au même tarif, qu’ils soient conditionnés au litre ou en 75 cl. Plus de vin, pour le même prix et avec un meilleur bilan carbone : c’est possible ! La bouteille au litre à tous les arguments possibles pour s’inviter à votre table.

Pour les irrésistibles gaulois, nous avons développé une gamme de bouteille consignée en 75 cl. Bien que son format soit d’origine britannique, la gamme Titi propose un vin issu de l’agriculture biologique. Il y en a donc pour tous les goûts.

Nos bouteilles consignées restent essentiellement à Paris. Elles sont livrées dans les cafés, hôtels et restaurants parisiens, sont stockées dans leurs locaux en attendant ‘être récupérées à la prochaine commande par nos livreurs. De retour à la maison, elles sont triées, nettoyées puis elles sont à nouveau intégrées à la ligne d’embouteillage. Et le processus peut se répéter 12 fois pour une seule bouteille.